Likrat Public – un projet d’été pionnier dans les montagnes

Au terme de trois semaines d’un travail de terrain intensif, les médiatrices et les médiateurs de Likrat Public sont repartis. Leur engagement et les brochures d’information ont aidé à améliorer à Arosa, à Davos et dans la vallée de Saas le vivre ensemble des hôtes juifs et de la population locale et à renforcer entre eux la compréhension. La Fédération suisse des communautés israélites FSCI en est convaincue : ce projet est important.

Là où flânaient, faisaient leurs achats et randonnaient encore en grand nombre des touristes juifs il y a une semaine, le calme est revenu. Les trois semaines qui suivent la journée de jeûne et de deuil de Tisha Be’Aw écoulées, s’achève également la période que les touristes juifs préfèrent pour leurs vacances dans les montagnes suisses. En même temps qu’eux s’en sont allés les médiateurs de Likrat Public qui ont parcouru Arosa, Davos et la vallée de Saas pour mieux faire connaître le judaïsme et ouvrir la voie à une bonne entente entre la population locale et les vacanciers juifs. Interrogé quant à sa première conclusion, le chef de projet Jonathan Schoppig a dit: « Les Likratinos et les Likratinas ont été incroyables. Ils ont enchaîné les journées de dix à douze heures de travail et - ce qui nous été confirmé de toutes parts - leur ardeur a été payante. »

Deux années de préparatifs et une mise en œuvre intensive

Après deux années de conceptualisation, d’études, de recherche de partenaires et de tests a démarré en juin la saison pilote du projet estival Likrat Public. Les deux associations de tourisme Suisse Tourisme et hotelleriesuisse ont publié la brochure « L’accueil des hôtes juifs en Suisse », qui donne des informations sur la culture, la tradition et la religion juives, de même que sur la diversité de la vie juive. En même temps était publiée par la Fédération suisse des communautés israélites FSCI la brochure « Welcome to the Swiss Alps », s’adressant, celle-ci, aux hôtes juifs de la Suisse, auxquels elle explique les particularités et les usages du pays.

Enfin a commencé, le 12 août, le troisième volet du projet, celui qui a vu, à Arosa, à Davos et dans la vallée de Saas, l’entrée en scène des médiatrices et des médiateurs juifs. Les expériences faites depuis lors montrent que la médiation locale ainsi que les brochures d’information ont été favorablement accueillies dans la grande majorité des cas. Les vacanciers juifs n’en revenaient pas de se voir adresser la parole et proposer de l’aide en hébreu ou en yiddish dans les rues. Les offices du tourisme, quant à eux, ont eu moins de vacanciers juifs à conseiller. Et les gens de la région ont été, eux aussi, très favorables à Likrat Public. À en juger par l’augmentation continue du recours direct aux Likratinas et aux Likratinos en cas de questions ou de problèmes, ceux-ci ont manifestement réussi à instaurer un climat de confiance.

Quelques remous vite aplanis à l’occasion de l’inauguration d’une Torah

L’inauguration d’une Thora a causé quelques remous à Davos. Cet évènement extrêmement rare avait attiré près de 2000 personnes. Les embarras de circulation qu’il a eus pour conséquence ainsi que l’ampleur de cette manifestation autorisée ont suscité sur les réseaux sociaux des réactions de mauvaise humeur de la part de quelques habitants de Davos. Réagissant rapidement, les médiateurs et la FSCI ont notamment expliqué avec le concours de la Davoser Zeitung l’origine et la signification de cette cérémonie. D’autre part a été organisée à Davos, dans le cadre de Likrat Public, une rencontre d’information publique fonctionnant selon un principe fort simple : les Likratinos et les Likratinas écoutent, clarifient et expliquent tout ce qui a trait au judaïsme. Plus de 50 Davosiennes et Davosiens réunis ce jeudi soir-là dans un café ont eu pendant plus de trois heures des discussions parfois très animées.

Se reverra-t-on en 2020 ?

Alors que debriefings et analyses sont encore en cours, on peut d’ores et déjà affirmer, au regard des retours positifs, que le travail des médiatrices et des médiateurs a été fortement apprécié. La FSCI pourra toujours compter sur des partenaires engagés et concernés. Une réédition de ce projet pionnier en 2020 paraît donc ne pas devoir rencontrer d’obstacles majeurs.

Galerie: Projet d’été de Likrat Public 2019

  • Un gros écho médiatique

    Le concept et la réalisation de ce projet d’été ont énormément intéressé les médias. Presque tous les grands groupes de presse ainsi que, bien entendu, les médias locaux ont dépêché des correspondants sur place pour s’informer du pourquoi et du comment du projet. Vous trouverez ici un échantillon des comptes rendus.

    lire la suite

Social