« Que font les juifs durant toute la journée du samedi ? »

Pourquoi les Juifs orthodoxes laissent-ils leurs portes ouvertes le samedi ? Et du reste : que font les juifs religieux le samedi si tant de choses leur sont interdites ? Ces questions et bien d’autres encore ont fait l’objet d’une rencontre de Likrat Public à l’hôtel FIFA Ascot à Zurich.

L’hôtel FIFA Ascot se trouve à proximité directe de la Israelitische Cultusgemeinde ICZ de Zurich : il est très populaire auprès des invités juifs, une popularité probablement due à sa situation centrale, mais aussi au voisinage de la ICZ et au fait que l’hôtel offre un petit-déjeuner casher sur demande.

À propos des prescriptions alimentaires

Les employés de l’hôtel ont l’habitude de côtoyer des clients juifs pratiquants. Et de toute évidence, ils s’intéressent vivement à en apprendre davantage sur les traditions juives : une quinzaine de collaboratrices et collaborateurs se sont présentés à la rencontre et écoutent Jonathan et Liora de Likrat Public. Liora leur explique à tous – cuisiniers, réceptionnistes et serveuses – les prescriptions alimentaires juives et leur sert des oursons gélifiés cascher. Le groupe tombe d’accord : il n’y a pas de différence de goût.

À propos du shabbat

Les précisions sur le shabbat surprennent l’une des personnes présentes : « Mais qu’est-ce que vous faites durant toute la journée du samedi si tout vous est interdit ? » Jonathan explique qu’il ne voit pas du tout le shabbat comme une restriction, mais comme une libération : « Lors du shabbat, on se concentre sur les choses vraiment importantes de la vie : la famille, les amis, la prière, la nourriture. J’aime beaucoup le shabbat. Et puis, ça fait du bien de ranger son téléphone portable un jour par semaine et d'échapper au stress quotidien. »

Toutes les questions sont permises

Liora explique pourquoi certains religieux ne serrent pas la main des femmes. Ensuite, les deux spécialistes du Likrat sont bombardés de questions – après que Jonathan a de nouveau explicitement souligné qu’il n’y a pas de questions taboues : « Pourquoi, le samedi, nos hôtes juifs s’attardent-ils devant la porte coulissante automatique en faisant des signes et attendent-ils que quelqu’un leur ouvre la porte ? » ou « Pourquoi les invités juifs demandent-ils une clé ordinaire le samedi, alors que nous avons des clés électroniques modernes au format carte bancaire ? » ou « Pourquoi certaines femmes juives portent-elles une perruque ? »

Dans une atmosphère détendue, les collaboratrices et collaborateurs de l’hôtel reçoivent des réponses à toutes leurs questions. « Aujourd'hui, j’ai obtenu des réponses à toutes les questions que je n’aurais pas osé poser à nos hôtes juifs », dit Caroline, responsable de la réception, après avoir assisté à la rencontre d’une heure, « donc cette rencontre a été passionnante ».

Galerie: Rencontre Likrat-Public à l’hôtel Ascot

Plus d'informations sur Likrat Public

Social